✨ De la dépression à l’épanouissement ✨

Comme je vous disais brièvement sur le premier article, j’approche de la trentaine et je peux enfin dire que je me sens bien dans mes baskets. Parfois, la vie nous joue des tours dans le bon, comme dans le mauvais sens… ! Mais, il faut toujours garder en tête que même quand c’est une mauvaise période, c’est pour mieux rebondir. Alors oui, parfois il faut vraiment toucher le fond pour remonter. C’est ce qui m’est arrivé.

Je pensais que le ciel m’était tombé sur la tête. Séparation, changement de vie, divorce en cours, nouvelle maison, nouveau rythme de vie à 3 avec mes enfants une semaine sur deux, mais aussi toute seule le reste du temps. Ca n’a pas été simple, on va pas se mentir, une séparation n’est jamais simple pour personne. Surtout pour nous, les femmes je trouve car nous ne réagissons pas du tout de la même façon que les hommes, qui arrivent à prendre plus de recul peut-être. Faut aussi savoir qui est le décisionnaire, car forcément celui qui fait le choix de mettre un terme à la relation, même si ce n’est pas une décision facile à prendre c’est un peu plus simple que pour la personne qui l’apprend.

J’ai du apprendre la solitude.
Au début, je me suis pas trop rendue compte de ce que c’était. C’était l’été, je suis beaucoup sortie avec mes amies, pour ne surtout pas être seule chez moi. J’ai profité à fond, ça m’a fait du bien, je pensais à autre chose. Mais la rentrée est arrivée, la routine s’est installée pour tout le monde, donc moins de sorties entre copines. Les jours passent, les journées raccourcissent, l’automne arrive à grand pas… et ça devient compliqué, alors que jusque là, je gérais tout ça. J’étais fière de ma force, de mon courage à prendre et garder le bon côté des choses, en me disant « ça va, ça va ». Sauf qu’à un moment… le corps reprend le dessus sur la tête.

Et là, ça devient l’enfer.
Les crises d’angoisse sont devenues ma routine. Ne plus avoir envie de rien, vouloir rester coucher au lit ou dans sur le canapé sous un plaid bien douillet. Ne plus avoir d’appétit. Ne plus réussir à sortir de chez soi, ne serait-ce que pour les choses du quotidien comme aller chercher mes enfants à l’école, faire des courses, travailler… des actions pourtant simples, habituelles, que normalement on fait machinalement mais impossible quand j’ai touché le fond.

J’ai eu de la chance dans mon « malheur » car je sais demander de l’aide quand j’en ai besoin. C’est ce que j’ai fait à ce moment là. Me voyant dépérir, je ne pouvais pas me laisser aller dans la dépression comme ça, pour mes filles, mon entreprise, mais la raison première : pour moi-même avant tout. J’ai été frappé à la bonne porte, celle des urgences psy. Car ce n’est pas une honte, quand on a besoin c’est soit ça au plus rapide soit prendre son mal en patience et avoir un rendez-vous avec un psy dans le privé 6 mois plus tard. Je n’étais pas capable d’attendre si longtemps pour me relever.

J’ai fait un petit séjour en service psy à l’hôpital et vous savez quoi ? Ca m’a fait du bien ! Là-bas, j’étais rassurée car entourée si je me sentais pas bien. Mais pas seulement, ne plus avoir cette pression du quotidien. Ne penser qu’à moi et ma guérison pendant quelques jours. Pouvoir parler de ce qui me tracassais à ce moment là. Après, faut pas penser « je vais me faire hospitalisée et ça va tout solutionner », non non loin de là. C’est une première étape.

Ensuite c’est un travail de longue haleine, un travail sur soi. Apprendre à passer au dessus de ses démons. C’est plus ou moins rapide en fonction des personnes, mais ce n’est pas une course, peut importe le temps, nous en ressortons plus forts. Pendant cette période, il est important de continuer de se faire aider car c’est comme ça que l’on arrive, bien que ce soit un travail personnel à la base.

Le temps apaise le cœur et la tête.
Et si vous croyez au destin, comme moi : rien n’arrive par hasard.

Ca fait un peu plus de trois mois maintenant que j’ai su demandé de l’aide et aujourd’hui, je vais beaucoup mieux, même si parfois il y a encore des petites angoisses…mais largement gérable par rapport à celles que je faisais en octobre-novembre dernier. Je retrouve celle que j’étais il y a quelques mois, mais je dirai même que je la retrouve mais dans une version améliorée…. Je suis entourée de ma famille, mes proches et aussi de professionnels (encore et oui !) qui m’aident à me sentir épanouie et bien dans mes baskets. Désormais, être seule chez moi n’est plus synonyme de déprime et de coup de blues comme ça a pu l’être.

La dépression est une maladie.
Une maladie parfois incomprise. Mais c’est pourtant bien reconnu par les médecins comme une pathologie qu’il faut soigner. Alors oui, ce n’est pas un cancer, mais cela peut malheureusement tuer aussi dans certains cas… Je trouve dommage qu’aujourd’hui ce soit encore un sujet parfois tabou pour certaines personnes ou même incompris. Je suis sure que dans votre entourage proche ou plus éloigné, vous avez au moins une personne qui est passée par là. Mais peut-être que cette personne n’a pas osé en parlé de peur d’être jugée… Les personnes déprimées ne sont pas folles, rassurez-vous. Ca n’a rien à voir en fait. N’oubliez pas que cela pourrait vous arrivez…

Tout ça pour dire que c’est possible d’être heureux/se après avoir toucher le fond en passant par la dépression. J’en ai la preuve autour de moi, mais aussi avec moi-même. Si cet article peut redonner le sourire ou un peu d’espoir à des personnes passant par une mauvaise période ou alors même par des membres de votre famille, amis, entourage qui sont touché par cela.

Adorablement,
Jeannette ⭐

19 commentaires sur “✨ De la dépression à l’épanouissement ✨

  1. Un bel article ! Bravo jeannette pour réussie à te relever après cette période difficile ! Tu t’es écoutée et tu te écoutes encore pour avoir une vie plus paisible ! Tu es rayonnante continue comme ça !

    Aimé par 1 personne

  2. Jolie témoignage. Tu peux être fière de toi, tu as beaucoup de courage et tu as su demander de l’aide quand tu en avais besoin. Je suis contente de pouvoir te lire de nouveau dans ce nouveau blog. Et de te retrouver de nouveau sur insta 😘

    Aimé par 1 personne

  3. Quel bel article ! C’est plein d’optimisme et ça donne beaucoup d’espoir à ceux qui, comme toi, traversent ou ont traversé une telle période ! Ma mère a traversé une période difficile lorsque j’avais une dizaine d’années, je m’en souviens encore, et cela a eu des répercussions sur la femme que je suis devenue. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère… On entend tellement de personnes dire des aberrations telles que « allez bouge toi, sors, ça ira mieux, tu ne fais rien pour aller mieux, tu restes enfermée » et j’ai entendu pire… lorsque ma grand-mère est venue rendre visite un jour à ma mère et que les premiers mots sortis ont été « je suis venue voir si tu n’étais pas morte » !!!!!!!!!!!! La puissance des mots peut tellement détruire… Alors que tu mettes en lumière la dépression et le fait qu’il ne faut pas hésiter, ni avoir honte de se faire aider est une superbe initiative ! Bravo, pour ce long chemin, pour cet article, et pour tout le reste.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Petite Plume pour ce commentaire ! et oui, moi aussi j’ai eu droit à des commentaires déplacés de la part de certaines personnes que je pensais bien connaître et effectivement ce genre de paroles impact grandement le/la malade mais aussi l’entourage proche malheureusement. Je comprends la détresse que tu as pu avoir avec ta maman !

      Aimé par 1 personne

  4. Très bel article et je te tire mon chapeau pour la force et le courage que tu possèdes.
    Je suis dépressive (pas pour les mêmes raisons) depuis l’âge de 17 ans (j’en ai 29), avec des hauts et des bas, vraiment très bas, et je sais à quel point ce n’est pas toujours facile de surmonter/ guérir de cette maladie. J’ai même parfois tendance à dire qu’on n’en guérit pas. Mais tu as un optimisme qui pousse à l’espoir, à y croire et je trouve ça génial.

    Aimé par 1 personne

  5. Je suis très touchée par ton article et la manière dont tu assumes tes choix, oser partager ton expérience est très courageux de ta part mais du peu que je connais de toi je ne suis pas surprise.
    Tu es sur la bonne voie j’ai l’impression ❤

    Aimé par 1 personne

  6. Je me retrouve un peu là dedans. Ça m’a mis presque 3 ans pour réussir a me retrouver moi, reprendre confiance en moi, et réussir a surmonter mes peurs, mes angoisses et ne plus être en colère.
    Grâce a mon entourage et un bon suivit par une hypnothérapeute, j’ai réussie a voir le bout du tunnel et je peux enfin dire que je suis heureuse.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Laura Mirabells Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s